11 avril 2008

Sido

Ici, le tissu est porteur de mémoire. une fois encore… Et Colette va « customiser», dirait-on, avant l’heure, la robe… « C’était une robe d’été, en toile de lin d’un bleu doux. En regardant l’envers de l’étoffe, on avait la surprise de le voir d’un ton vif. Seuls les soleils de plusieurs belles saisons répondaient de son heureux pâlissement. Elle datait de 1860 environ… Je ne me repens d’y avoir porté les ciseaux puisque d’un bleu doux et ramagé de blanc, elle habille comme par le passé, elle habille encore... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 07:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 avril 2008

Les vrilles de la vigne

La lectrice et son livre sont couverts d’une même toile : identification…… "La jeune maman sous l’ombrelle de toile rayée s’enivre, les joues chaudes, d’un roman mystérieux, habillé comme elle de toile écrue…" Colette, Les Vrilles de la vigne. Merci Anne pour cette contribution qui évoque tout un univers du temps perdu!    
Posté par Le Clown navet à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2008

La Dame blanche

« Lorsque sa tante Lavinia meurt en 1860, Emily s’attache à ses filles, Louise et Frances. Elle les appelle 'ses enfants' et leur envoie des lettres aussi peuplées que des maisons de poupée. Chacune lève son rideau d’encre sur une scène drôle ou cruelle ». Christian Bobin, La Dame blanche. Merci Anne pour cette contribution en cascade qui se termine par un clin d'oeil au titre de notre blog contributif !
Posté par Le Clown navet à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2008

La Dame blanche

Où il est question de poule et de canevas, mais non de canevas représentant une poule... « Sa mère raconte à Emily qu’à l’enterrement de Jenie Hitchcock, une poule suivie par ses poussins a essayé, en volant, de sauter par la fenêtre jusqu’au lit de la morte. Le canevas fait, Eily le remplit de ses couleurs : je suppose dit-elle, que la poule et ses poussins voulaient dire adieu à celle qui les nourrissait ». Christian Bobin, La Dame blanche. Merci Anne pour cette contribution!
Posté par Le Clown navet à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2008

La Dame blanche

Encore un extrait proposé par Anne du dialogue de Bobin avec la poétesse américaine: « Susan revêt Emily de son ultime armure blanche. Le blanc de la robe mortuaire fraîchement repassée éclabousse la pénombre de la chambre dont les stores verts sont baissés. Emily a depuis des années élevé entre elle et le monde une clôture de lin blanc. Dans la bibliothèque du rez-de-chaussée, annoté de sa main, le livre Sainte Agnès de Tennyson. Il y est question d’une nonne, de ses atours 'blancs et purs' et de son attente d’un 'dimanche... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2008

La Desdichada

Mexico : deux étudiants fauchés introduisent dans leur vie un mannequin volé… « La fenêtre vers laquelle était tourné mon regard distrait se referma rapidement et en redescendant, mes yeux rencontrèrent leur reflet dans une vitrine. Comme s’ils avaient formé un corps séparé du mien – tel un guide, un chien d’aveugle – ils se heurtèrent à l’eau vitrée dans laquelle il se mirent à nager jusqu’au moment où ils tombèrent sur ce que la vitrine cachait – montrait. C’était une femme en robe de mariée. Alors que tous les... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 février 2008

La Dame blanche

Nouvel extrait de la biographie romancée d'Emily Dickinson dans laquelle Bobin cherche à se retrouver lui-même: « La vie n’est que l’étoffe d’une méditation dont elle défait jour après jour les plis pour en découvrir le rayonnant motif ». Christian Bobin, La Dame blanche. Merci Anne pour cette contribution!
Posté par Le Clown navet à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2008

Les Adieux à la Reine - 3

Si vous avez, comme moi, un "cahier d'inspiration", cet extrait est pour vous - mais attention, il faudrait songer à le rebaptiser d'un titre plus royal... La Reine, notoirement moins pieuse que son époux, ne semble pas partager l'amour du dénuement de la famille d'aristocrates désargentés de sa lectrice...Un jour que celle-ci est occupée à lui lire Félicie, de Marivaux, La Reine, pourtant férue de théâtre, l'interrompt..."Sur quoi la Reine en eut assez. Elle avait aperçu, parmi les livres que j'avais mis sur la... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2008

Les Adieux à la Reine - 2

Autre extrait des mémoires fictionnelles de la lectrice de Marie-Antoinette..."J'en suis convaincue - et ce ne sont pas les dernières images que j'emporterai de ce monde qui pourraient me persuader du contraire-, l'humanité ne progresse pas. Elle redispose autrement, selon d'autres convenances, d'après des aspirations différentes. Le système de la hiérarchie des castes avait ses défauts, mais celui de l'oppression par l'argent ne me semble pas préférable. L'obsession de s'enrichir... Il existe des banques maintenant. Ce sont,... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2008

Les Adieux à la Reine

La lectrice Marie-Antoinette, en exil à Vienne, se remémore ses derniers jours, en compagnie du couple royal et de la Cour, à Versailles, splendeur crasseuse et malodorante..."Là où se décidait la Mode. Et tant pis si l'on portait parfois des dentelles mangées par les souris: elles inventaient, malignes, un nouveau point."Chantal Thomas, Les Adieux à la Reine, Seuil, 2002.
Posté par Le Clown navet à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]