22 avril 2008

Poème de peintre

Anne a reçu, d'une amie artiste peintre, en réponse à l'envoi d'une carte textile, ce poème qu'elle partage avec nous: As-tu déjà vu sur la planète bleueSes myriades de mainsQui l'habitent et qui s'agitent    Ou qui prient...Des mains qui alimententPétrissent, façonnent-Qui volètent gracieusementTout autour d'une ballerine- Des mains qui tissent    Des mains de fées    Qui brodent des soleils    Et des jardins de fleursDe celles qui caressent les velours     Et les soiesEt qui... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2008

Ker Violette

Une jeune femme arrive en Bretagne à la recherche d'un cheval et trouve un pêcheur devenu artiste peintre... Elle loge dans la maison d'hôtes de la vieille Violette, dont on sent l'odeur familière dans cette brève évocation:"Cette chambre suintait l'enfance lointaine, la cire d'abeille, les tapis d'orient et les napperons pâles crochetés au numéro deux. Cette chambre respirait les sachets d'herbes enfouis sous le linge, les draps cernés de jours Versailles." Karine Fougeray, Ker Violette, ed. Delphine Montalant (page... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2008

Sido

Ici, le tissu est porteur de mémoire. une fois encore… Et Colette va « customiser», dirait-on, avant l’heure, la robe… « C’était une robe d’été, en toile de lin d’un bleu doux. En regardant l’envers de l’étoffe, on avait la surprise de le voir d’un ton vif. Seuls les soleils de plusieurs belles saisons répondaient de son heureux pâlissement. Elle datait de 1860 environ… Je ne me repens d’y avoir porté les ciseaux puisque d’un bleu doux et ramagé de blanc, elle habille comme par le passé, elle habille encore... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 07:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 avril 2008

Les vrilles de la vigne

La lectrice et son livre sont couverts d’une même toile : identification…… "La jeune maman sous l’ombrelle de toile rayée s’enivre, les joues chaudes, d’un roman mystérieux, habillé comme elle de toile écrue…" Colette, Les Vrilles de la vigne. Merci Anne pour cette contribution qui évoque tout un univers du temps perdu!    
Posté par Le Clown navet à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]