02 mai 2007

Couture

                Couture Feuillages en vert plumetis Satin crème pour la rivière          Arbres noirs à la              boutonnière Ciel de linon léger et grisGazon de velours rembourréSurtout n'y perdez pas mon dé!      La Nature au printemps                    s'affaireDans son salon de couturière.Michèle Corti,... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 10:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 avril 2007

Sur le concept d'histoire

Quelle surprise! De l'imagerie textile encore chez Walter Benjamin! Cette fois loin du contexte autobiographique du souvenir d'enfance où l'association de la mère à sa boîte à ouvrage offre un départ un peu convenu de réflexion plus originale. Non, cette fois c'est l'essai intitulé 'Sur le concept d'histoire' qui convoque l'imagerie fibreuse pour moquer une certaine conception de la connaissance historique! "C'est seulement quand le déroulement historique glisse entre les doigts de l'historien, tel un fil lisse, que l'on peut... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2007

Des milliards de tapis de cheveux - épilogue

Du tissage entre les générations: "Noeud après noeud, ses mains répétaient sans cesse les mêmes gestes, nouant et renouant sans cesse les fins cheveux, des cheveux si fins et si ténus que ses doigts en étaient saisis de crampes et ses yeux cernés de rouge. Et pourtant, quels que fussent ses efforts et son empressement, l'avancée de l'ouvrage était à peine perceptible. A toute heure du jour il se tenait là, accroupi, courbé avec application au-dessus du châssis sur lequel son père et les pères de son père s'étaient penchés... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2007

Des milliards de tapis de cheveux

"Noeud après noeud, jour après jour, une vie durant, les mains de l'exécutant répétaient sans cesse les mêmes gestes, nouant et renouant sans cesse les fins cheveux, des cheveux si fins et si ténus que ses doigts finissaient immanquablement par trembler et ses yeux par faiblir de s'être si intensément concentrés - et pourtant, l'avancée de l'ouvrage était à peine perceptible; une bonne journée de travail avait comme maigre fruit un nouveau fragment de tapis dont la taille approximative n'excédait pas celle d'un ongle. Mais,... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2007

Une enfance berlinoise - suite

Quelle forme prend donc la révolte du jeune Walter Benjamin face au pouvoir magique de la boîte à ouvrage?"Outre la région supérieure de la boîte où ces bobines étaient rangées les unes à côté des autres, où scintillaient les jeux d'aiguilles et où les ciseaux étaient tous rangés dans leur étui de cuir, il y avait le sous-sol obscur, le fouillis, où régnait la pelote dénouée et où gisaient pêle-mêle des morceaux de rubans élastiques, des agrafes, des oeillets et des bouts de soie. Il y avait aussi des boutons dans ce rebut, et... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2007

Une enfance berlinoise

Dans Une Enfance berlinoise, Walter Benjamin se souvient de son enfance bourgeoise dans le Berlin de la fin du dix-neuvième siècle. L'un des fragments rassemblés sous ce titre, à l'origine pour un magazine allemand, s'intitule "La Boîte à ouvrage". Il y évoque la figure maternelle, et l'on ne peut s'empêcher de s'amuser de l'étrange dialogue - sérieux, pas sérieux? - qu'il entreprend avec Freud et Bettelheim:"Nous ne connaissons plus le fuseau qui piqua la Belle au bois dormant et la plongea dans un sommeil séculaire.... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2007

Dentelles photographiques

C'est la chandeleur,ça tombe bien Anne nous envoie une dentelle de crêpe,miam miam!!! Qu'ouis-je? La chandeleur est passée il y a belle lurette?J'ai dû tomber dans une faille spatio-temporelle!!!Merci Anne pour cette contribution gastronomique!
Posté par Le Clown navet à 08:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 avril 2007

Attention aux marches

"Le travail d'une bonne prose comporte trois stades: un stade musical, où elle est composée, un stade architectonique où elle est construite, et finalement un stade textile, où elle est tissée."Walter Benjamin, Sens unique, trad. Jean Lacoste.
Posté par Le Clown navet à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2007

Pénélope

Chantée par Brassens, Pénélope... Incontournable pour nous toutes, qu'on rêve de l'imiter ou de lui tordre le cou...Toi l'épouse modèle Le grillon du foyer Toi qui n'a point d'accrocs Dans ta robe de mariée Toi l'intraitable Pénélope En suivant ton petit Bonhomme de bonheur Ne berces-tu jamais En tout bien tout honneur De jolies pensées interlopes De jolies pensées interlopes... Derrière tes rideaux Dans ton juste milieu En attendant l'retour D'un Ulysse de banlieue Penchée sur tes travaux de toile Les soirs de vague... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 avril 2007

L'initié

"En vue de cette invitation, je dus me faire des habits de cérémonie. Lorsque je me contemplai enfin dans un miroir, je fus étonné du plaisir que je ressentais à me voir ainsi paré. Je me trouvais superbe. Mon père avait choisi pour moi des culottes de soie noire, un long gilet jaune paille tout rebrodé de fleurs que je portais sous une veste de taffetas lilas et une chemise de fil ourlée de dentelles d'Angleterre. Longtemps il me regarda songeur avant de déclarer: 'Tu me ressembles, mon fils. A ton âge, j'avais le goût de la... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]