25 décembre 2007

Le chant des brodeuses

Dominant les forêtstraversant les rivièresl'été aux yeux de raisin mûrmarche vers nous dans le soleil Jarres d'huile muréesdans le silence de midiles femmes écoutent battre un coeurqu'elles ont caché dans cette terre Jadis elles débusquaient l'étése baignaient nues dans la rivièrebêtes et flammes les suivaientet le vent frémissaitdans les sentierssous leur regard Et sous leurs doigts les soies s'emmêlentcapturant sources et rumeursdestinant cette fièvrenée du feuillage et des couleurs. Marie-Paule Lavezzi,... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 décembre 2007

Les Demeurées, encore!

Curieusement, grâce à un abécédaire à broder au point de croix qu’on lui fournit, Luce va accéder à la connaissance à laquelle voulait la mener Solange l’institutrice ! Les chemins de la connaissance sont parfois inattendus…….. « Les leçons de Melle Solange sont de drôles de pays restés dans sa tête.  Les mots ont fait leur nid dans sa tête. Maintenant ils reviennent, furtivement appelés par le fil et l’aiguille.  Luce brode chaque lettre de l’alphabet et ce sont des mots entiers qui... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 09:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 décembre 2007

Les Demeurées

Comme dans Leur Histoire (Les mots bleus de D. Mainard) et plus même encore, Les demeurées  (un très court récit original, prenant et émouvant) raconte l’histoire d’une petite fille et de sa maman, l’idiote du village; leurs relations sont fusionnelles et indicibles ; comment dès lors, Luce, l’enfant, pourrait-elle accéder à la connaissance que voudrait tant lui inculquer l’institutrice pour qui les mots sont évidemment essentiels ? Luce va trouver grâce au hasard dont sa maman est la messagère, grâce à... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 décembre 2007

Proust, encore!

Ravie d'accueillir une nouvelle contributrice sur Dentelles d'encre! Marcel vient d'arriver au Grand Hôtel de Balbec avec sa grand'mère, et paf, ça rate jamais, il ne se sent pas bien! Sa grand'mère arrive pour le veiller: "elle portait une robe de chambre de percale qu'elle revêtait à la maison chaque fois que l'un de nous était malade (parce qu'elle s'y sentait plus à l'aise, disait-elle, attribuant toujours à ce qu'elle faisait des mobiles égoïstes), et qui était pour nous soigner, pour nous veiller, sa blouse de... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2007

Le trousseau

Jacqueline Fischer est l'une des plus fidèles contributrices de Dentelles d'encre.Habile brodeuse et patcheuse, elle est aussi écriveuse (c'est d'elle, la modeste!).Sur son site, Textiles et textes, elle partage avec nous des extraits de nouvelles dans lesquelles elle tisse sa vie, la vie, le textile -mais y a-t-il une réelle différence?C'est ici, bonne lecture!Merci Jacqueline de partager avec nous l'intimité de ton écriture sensible.
Posté par Le Clown navet à 15:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 décembre 2007

Tapisserie

"C'est la relation entre les fils qui crée la tapisserie."Citation anonyme de la sagesse américaine (native American?) selon laquelle le monde est fait de nos différences et l'harmonie de nos relations.Citéé par Barbara Bizion, Rituels au fil des jours. Merci, Anne, pour cette contribution!
Posté par Le Clown navet à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2007

L'élégance du hérisson

Un petit papillon de papier envoyé par Anne, dont j'aime l'écriture élégante et gourmande..."Lucien était très malade. Si nous ne savions pas encore quand la mort viendrait, nous étions noués par la certitude de son imminence, noués en nous-mêmes et noués l'un à l'autre par cet invisible lien. Lorsque la maladie entre dans un foyer, elle ne s'empare pas seulement d'un corps mais tisse entre les coeurs une sombre toile où s'ensevelit l'espoir. Tel un fil arachnéen s'enroulant autour de nos projets, la maladie jour après jour... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2007

Seul ce qui brûle

Dans ce récit d'amour inspiré d'une nouvelle de l'Heptaméron de Marguerite de Navarre, Albe est tenue enfermée dans sa chambre par son mari et vit dans sa mémoire:"Il devenait clair que ces événements cruels et ces pensées haineuses que la vie n'épargne à personne avaient tissé des épaisseurs de toile de plus en plus grossières entre la lumière du ciel et moi [...]. Je me mis à rembobiner l'écheveau qui se dévidait. C'est dire qu'au lieu de partir plus loin, toujours plus loin, je remontais en suivant le fil jusqu'à la... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 19:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 novembre 2007

Marbot

Dans Pourquoi la fiction? Jean-Marie Schaeffer (interview à propos de cet ouvrage critique sur Voxpoetica.org) met en lumière l'importance du contexte dans la réception de la fiction. Il prend pour exemple l'auteur allemand Wolfgang Hildesheimer qui, en 1981, publie Marbot. Eine Biographie narrant la vie de Sir Andrew Marbot (1801-1830), esthéticien et critique d'art anglais. Marbot croise Goethe, Byron et Delacroix, seulement, voilà, cette biographie est fictive... sauf que... personne ne le soupçonne puisque quatre ans plus tôt il a... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 18:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Hubert Haddad - 3

De l’art de la suggestion et des étoffes, encore... « Satin : La femme–caméléon qui fut, semble-t-il, mon épouse, était folle de lingerie. Comme la sirène de courants d’onde, elle s’entourait d’étoffes : Pékin, percaline, gaze et peau de soie, tous les satins m’affolaient. En voyage en chine, elle revint de Zaytün avec des coupons entiers où elle fit couper les plus troublantes entournures. Une seconde peau déshabillée avec agrafes et lacets, qui roulait et glissait toues les nuits sur elle. » "troublantes... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]