Fin du bref exposé radiodiffusé (hihihi ça sent la naphtaline ici) par Camille Laurens:

"Vous me direz que de nos jours le texte tend à céder le pas au Texto, son rejeton laïc. Si le Texto relève souvent du harcèlement textuel, il reste une façon de tisser des liens; le tressage certes est différent, la fabrication plus rapide, l'usage beaucoup plus pratique: le Texto, c'est du synthétique.

Je voulais continuer un peu, évoquer les grands rhapsodes qui brodèrent pour nous 'ces entrelacs distants où dort un luxe à inventorier'. 'Obnubilation des tissus', écrit Mallarmé. Et Proust, donc, qui les aimait tant! Mais je ne sais plus - j'ai perdu le fil!"

Camille Laurens, Tissé par mille, 2007.

Merci Anne pour ce tissage intertextuel d'une contemporanéité échevelée!