"Le mot 'texte' est de la même famille que le mot 'textile', du latin textus, qui veut dire 'tissé'.
Que le texte soit un tissu, on ne s'en souvient guère parce qu'on oublie comment il est fait: d'un entrelacs de mots et de silences, de sons et de sens. La littérature, numéro un de l'artisanat textuel, en a depuis longtemps éprouvé les techniques: comment tramer une histoire policière, tisser une intrigue amoureuse, filer une métaphore, nuer un drame ou broder des légendes, cent fois sur le métier elle remet son ouvrage, dévidant pour notre coeur à nu 'ce pli de sombre dentelle, qui retient l'infini tissé par mille'."

Ainsi commence la chronique intitulée 'Texte' qui illustre, notamment par la citation de Mallarmé, que le texte est aussi in tissage d'échos à d'autres textes...

Camille Laurens, Tissé par mille, 2007.

Il s'agit d'un recueil de chroniques diffusées sur France Culture.

Merci Anne pour ce retour aux fondations de dentelles d'encre!