Il est revenu à Jacqueline un air d'opérette qu'elle écoutait à 8-9 ans sur un vieux 78 tours chez ses parents.

La dénommée Jeannette a piégé un allergique au mariage qui s'enfuit le jour de ses noces... et pour le séduire et le ramener à son devoir (conjugal), elle répare un de ses vêtements en chantant:

 

Cours mon aiguille dans la laine
Ne te casse pas dans ma main
Avec de bons baisers demain
On nous paiera de notre peine
Cours, mon aiguille dans la laine,
Cours, mon aiguille dans la laine.

Mais qu'est-ce donc, métamorphose ?
Je travaille et n'y vois plus rien,
Demain s'il le regarde bien
Il verra son habit
Taché par une larme

Cours mon aiguille dans la laine,
Ne te casse pas dans ma main
Avec de bons baisers demain,
On nous paiera de notre peine.
Cours, mon aiguille dans la laine,
Cours, mon aiguille dans la laine

Les noces de Jeannette de Victor Massé  (1853), livret de Jules Barbier et Michel Carré.

Incroyable, en cherchant à me renseigner un peu sur cet opéra comique, je découvre qu'il sera donné en mai à Paris!

Un restaurant à Paris porte ce nom et rappelle le succès de cet opéra.

Merci, Jacqueline, pour cette contribution coquine!