29 novembre 2007

L'élégance du hérisson

Un petit papillon de papier envoyé par Anne, dont j'aime l'écriture élégante et gourmande..."Lucien était très malade. Si nous ne savions pas encore quand la mort viendrait, nous étions noués par la certitude de son imminence, noués en nous-mêmes et noués l'un à l'autre par cet invisible lien. Lorsque la maladie entre dans un foyer, elle ne s'empare pas seulement d'un corps mais tisse entre les coeurs une sombre toile où s'ensevelit l'espoir. Tel un fil arachnéen s'enroulant autour de nos projets, la maladie jour après jour... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2007

Seul ce qui brûle

Dans ce récit d'amour inspiré d'une nouvelle de l'Heptaméron de Marguerite de Navarre, Albe est tenue enfermée dans sa chambre par son mari et vit dans sa mémoire:"Il devenait clair que ces événements cruels et ces pensées haineuses que la vie n'épargne à personne avaient tissé des épaisseurs de toile de plus en plus grossières entre la lumière du ciel et moi [...]. Je me mis à rembobiner l'écheveau qui se dévidait. C'est dire qu'au lieu de partir plus loin, toujours plus loin, je remontais en suivant le fil jusqu'à la... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 19:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 novembre 2007

Marbot

Dans Pourquoi la fiction? Jean-Marie Schaeffer (interview à propos de cet ouvrage critique sur Voxpoetica.org) met en lumière l'importance du contexte dans la réception de la fiction. Il prend pour exemple l'auteur allemand Wolfgang Hildesheimer qui, en 1981, publie Marbot. Eine Biographie narrant la vie de Sir Andrew Marbot (1801-1830), esthéticien et critique d'art anglais. Marbot croise Goethe, Byron et Delacroix, seulement, voilà, cette biographie est fictive... sauf que... personne ne le soupçonne puisque quatre ans plus tôt il a... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 18:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Hubert Haddad - 3

De l’art de la suggestion et des étoffes, encore... « Satin : La femme–caméléon qui fut, semble-t-il, mon épouse, était folle de lingerie. Comme la sirène de courants d’onde, elle s’entourait d’étoffes : Pékin, percaline, gaze et peau de soie, tous les satins m’affolaient. En voyage en chine, elle revint de Zaytün avec des coupons entiers où elle fit couper les plus troublantes entournures. Une seconde peau déshabillée avec agrafes et lacets, qui roulait et glissait toues les nuits sur elle. » "troublantes... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2007

Hubert Haddad - 2

Dans la catégorie érotisme, souvent présente sur Dentelles d'encre, de l’art du habillé- déshabillé dans le roman alphabétique d'Hubert Haddad, auteur qu'Anne apprécie particulièrement: « Lingerie : Lorsque je sauvai Mahalia des requins bleus de la crique d’Oxymon, elle était à peu près nue, les fesses découvertes, un reste de tunique cachant un sein et le pubis. Jacob nous livra le lendemain vêtements et sous-vêtements. Nous vîmes alors une indigène habituée à la vie naturelle s’affubler au petit bonheur de... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 novembre 2007

Hubert Haddad - 1

Dans L’Univers de Hubert Haddad, roman-dictionnaire au projet fou et aventures énigmatiques d’un amnésique rejeté par la mer sur une île...bribes échouées jetées au lecteur afin de reconstituer le puzzle d’une existence étrange, Anne nous a sélectionné 3 articles :  De la naissance à la mort « Etoffe : Toute l’intimité de l’existence terrestre se résume à un toucher d’étoffe, entre langage et suaire. La raison qui me fait parfois hurler de douleur au contact d’un drap ou d’une chemise de coton est-elle liée... [Lire la suite]
Posté par Le Clown navet à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]