La  chanson de ma cousine Mariette

                     

Je vois aller la Fabrique
        Rien ne me rend plus content
        Tous les gens de la boutique
        Tournent devant très souvent
        Je puis rimer sans rien craindre
        Puisqu'en ces heureux moments
        Mes cartons et mon cylindre
        Tout ça tourne,
        Tout ça tourne,
        Tout ça tourne en même temps.

      

Mais voilà que la canette,
        En sautant sur un arquet,
        A fait tomber ma navette
        Et brisé mon agnolet.
        Puis cette trame est si fine
        Qu'à chaque coup de battant,
        Le cordon, la cordeline,
        Tout ça casse,
        Tout ça casse,
        Tout ça casse en même temps.

      

On sait qu'il ne faut médire,
        Quand on parle du prochain,
        Mais un canut peut bien dire
        Que son marchand est un chien
        Le commis a la balance
        Gagne ses appointements;
        Le patron biffe l'avance,
        Tout ça triche,
        Tout ça triche,
        Tout ça triche en même temps.

      

Le teinturier fait des siennes
        Et des soies double le poids.
        Quand vous remondez les chaînes,
        Tout vous reste dans les doigts.
        La nuit ça fait des belues
        Qui brillent en pétillant,
        Les entorses, les tenues,
        Tout ça craque,
        Tout ça craque,
        Tout ça craque en même temps.

      

Que de bruit, que de tapage.
        Je ne sais plus où j'en suis.
        Chacun gronde à son ouvrage :
        Tout ce train-là m'étourdit.
        L'apprenti, la canetière,
        Ma femme avec ses enfants,
        Notre marchand, l'ouvrière,
        Tout çacrie,
        Tout ça crie,
        Tout cà crie en même temps.

      

Pour achever la misère,
        Plusieurs mauvaises saisons
        Font que la vie est trop chère
        Pour nos petites façons.
        Je vois ma tâche finie
        Sans regretter mon printemps,
        L'ennui, le plaisir, la vie,
        Tout ça file,
        Tout ça file,
        Tout ça file en même temps.

      

Clair Tisseur, dit Nizier du Puitspelu (1827-1895)

Sauvé aussi du Conservatoire des Vieux Métiers Textiles, avant sa fermeture.