"BATIK n. m. 1. Soie peinte, à la mode javanaise, répandue vers 1900.
S’il va falloir l’opérer de la cataracte, Monet, ça va être gai pour lui... Il avait un neveu qui faisait des batiks, un grand diable que Paul avait rencontré chez les Murphy...
(Louis Aragon, Aurélien, Gallimard/ France Loisirs, p. 516).
   
2. P. ext. Pièce de cette étoffe, utilisée en Indonésie pour la coiffure.
3. Procédé de décoration par report d’un dessin sur le support (étoffe, papier, cuir) ; tissu ainsi traité.
Lui avait un air de ténor, une barbe qui même rasée d’une heure était bleu marine, des yeux imbéciles qu’il jugeait doux et des cravates en batik mauve dans lesquelles il piquait une croix lorraine en marcassite
(Maurice Sachs, Le Sabbat, Le Livre de Poche, p. 277).
4. Cour. en français d’Afrique. Pagne de coton obtenu par trempage dans des bains de teinture après impression du tissu à la cire.
"

Un homme qui arbore des cravates de batik? Le rêve...
Merci, Jacqueline, pour cette contribution (collaborative)!