Ecriture  - Orient / Occident - par Patrice Hughes

"Le tissage, notamment celui de la soie existait en Chine dès le fin du néolithique et bien avant toute écriture (comme en occident) et les idéogrammes. [...]

On constate le même décalage en occident entre l'apparition du compte et celle de l'écriture.

L'opposition est particulièrement nette entre les soieries chinoises à motifs polychromes complexes tissées de l'époque des Han jusqu'au Tang (de -200à650 environ) et les tissages de l'orient méditerranéen (exemples les samits de soie de Byzance, Syrie et Perse) à la même époque.

En Chine à ces époques, les métiers à tisser 'à baguettes' impliquent le levage ensemble de tous les fils de chaîne pour une traversée ou duite  entière sur toute la largeur du tissu. Il en découle un rapport de répétitivité très long dans le sens de la trame; alors que le rapport de répétitivité des motifs est beaucoup plus court dans le sens de la chaîne, sens de la longueur et aussi de son tombé, la verticale, et aucune symétrie n'est recherchée.

A la même époque, en Perse, Syrie et Byzance, les métiers 'à la tire' permettent déjà le levage des fils de chaîne par groupe et chemins de motifs  successivement, permettant des rapports de répétitivité des motifs sensiblement équivalents en sens chaîne et trame, et favorisant la symétrie dans la configuration des motifs grâce à la possibilité du 'montage à retour'.

Dans la Chine archaïque [...] le jeu des fils de couleurs est programmé dès l'ourdissage des chaînes, [...] et toutes les couleurs apparaîtront donc dans le sens vertical de l'étoffe.

Au contraire pour la Perse la Syrie et Byzance et jusqu'au XIIe et XIIIe siècle les fils de couleur interviennent tous par la trame (chaîne cachée) dans le sens horizontal. Cette opposition est en étonnante parenté avec le sens de l'écriture.

Celle de la Chine, écriture traditionnelle dans le sens vertical. En revanche, toutes les écritures de l'occident et cette fois bien au delà de l'orient méditerranéen y compris les écriture grecques, latines, hébraïque, arabe... sont des écritures horizontales (seules exceptions : l’écriture sacrée de l'Egypte pharaonique et la première écriture cunéiforme de Sumer).

[..]. De cette double opposition concernant de manière tout à fait spécifique les tissages et les écritures, dans leur interrelation étroite et active dans la durée, on retient l'indication précise très forte rarement reconnue à ce niveau, d'une option fondamentale de civilisation radicalement différente entre ces deux mondes anciens."

Dictionnaire culturel du tissu, ouvrage collectif sous la direction de Patrice Hugues et Régis Debray.

Merci Marie-Claude pour cette contribution!